Question 3

Êtes-vous ouvert(e) à vos réels possibles ?

L’entreprenariat n’est pas un long fleuve tranquille. C’est un chemin parsemé de doutes, de peurs et parfois même, de réels manques (de soutien, de reconnaissance, de clients, d’argent, …). Mais nous avons tout de même un pouvoir personnel sur certaines de ces limites. Nous pouvons changer nos perceptions, pour nous ouvrir à notre véritable liberté …       

Une image, pour mieux cerner le poids de vos blocages …

 

Votre entreprise est un peu comme une montgolfière :

 

Vous ne pourrez espérer qu’elle prenne son envol qu’à la condition de vous débarrassez des poids superflus. Je pense ici à toutes ces « fausses limites mentales » que vous avez concernant vous-même, les autres, l’entreprenariat, le monde en général.

 

Bien sûr, ce délestage ne vous empêchera pas de rencontrer des vents contraires, mais vous évoluerez avec bien plus de fluidité et de hauteur. Vous voyagerez le cœur léger. Vous développerez une « attitude objectivement gagnante ».

 

Attitude  

 

Quels sont vos « poids superflus » ?   

 

La première étape, pour préparer au mieux votre envol, sera de détecter tout ce qui, dans votre réalité actuelle de carrière et de vie, s’apparente à une limite, une entrave, un poids superflu.  

 

Quelles sont les pensées, les situations, les convictions, dont vous savez qu’elles vous immobilisent ou pire encore, vous sont néfastes ?

 

Ne vous inquiétez pas, à ce stade, du « COMMENT » vous pourriez parvenir à vous en délester. Concentrez-vous simplement, mais avec grande sincérité, sur leur nature.

 

Regardez en face ces entraves, dont vous gagneriez à vous libérer … dont vous avez BESOIN de vous libérer pour atteindre votre grand objectif, quel qu’il soit.  

 

Comment se fait-il que vous ne vous soyez pas encore libérer de ces choses dont vous savez qu’elles vous nuisent ?

 

Comment se fait-il que vous vous empêchiez de mettre en œuvre ce que vous avez besoin de vivre ?

 

Mais oui … Je sais … Vous avez PEUR !!!!

 

C’est normal, rassurez-vous. Mais que diriez-vous d’ouvrir votre regard quant à ce message précieux et constructif que cette peur vous envoie, plutôt que de vous laisser étouffer par elle ?  

 

Oser ou pas

 

De quoi avez-vous peur exactement ?

 

Que craignez-vous comme conséquences, dès lors que vous vous accorderiez le droit de mettre en œuvre vos véritables ambitions

 

 

Comment entretenir une meilleure relation avec vos peurs ?

 

Une fois vos peurs identifiées, gardez ceci à l’esprit :

 

Le problème, ce n’est pas la peur en elle-même, mais plutôt l’immobilisme ou l’énergie de lutte dans laquelle elle vous enferme lorsque vous lui laisser libre cours.  

 

Tétanisé(e) par ces blocages mentaux, vous risquez d’auto-saboter vos projets, de maintenir des relations peu saines, d’être dans une énergie de colère et de découragement, de vous épuiser sur un chemin qui n’est pas celui de votre réelle réussite.  

 

Il ne s’agira donc pas de nier vos peurs, car elles sont réelles et porteuses d’un message précieux, mais plutôt de porter sur elles un regard constructif.

 

Ce qu’il est crucial de comprendre, à ce stade, c’est que votre peur est une messagère très précise, mais qui entretient avec vous un langage inversé :  

 

Ce que vos peurs vous disent, c’est …  

 

« Il est important, pour toi, de changer quelque chose pour répondre à tes besoins. Il m’importe de te donner des indications très précises quant à ce qui est essentiel pour toi, mais malheureusement je ne sais m’exprimer qu’en termes négatifs : Je vais donc te dire ce que tu cherches à éviter et je te laisse le soin d’en déduire ce que tu désires très précisément. »

 

Votre rôle consistera, de ce fait, à inverser le langage de la peur pour en déduire les conditions optimales, pour vous, de vous accomplir et de vous épanouir.  

 

Ainsi, par exemple, vous pourriez répondre à votre peur …   

 

« Tu me dis que je crains d’être rejeté(e), ignoré(e), incompris(e).

Je comprends donc qu’il est important, pour moi, de créer des liens « vrais » et de veiller à partager mon message de la façon la plus authentique et significative que possible.

Je vais donc reconnaître pleinement mon désir d’être vu(e) et entendu(e).

Je me déleste donc de cette fausse idée que j’ai de moi-même, selon laquelle j’aime rester discret(e).  

Je m’ouvre à mon intention précise de développer une stratégie de communication qui sera en harmonie avec qui je suis, tout en créant l’impact que je souhaite générer.

Je vais donc me délester de cette tendance que j’ai à me cacher derrière mon activité, conscient(e) du non-alignement de cette habitude avec mon intention.

Je vais chercher des solutions adaptées à ces désirs dont tu viens de me préciser les conditions optimales.  

A ce stade, je ne sais pas encore « COMMENT m’y prendre », mais je vais orienter mon esprit en ce sens et me mettre en quête de solutions, sachant précisément le type d’action que je cherche à mettre en œuvre. 

Grâce à toi, je sais non seulement ce que je veux, mais plus encore, le cadre précis dans lequel il m’importe de faire les choses.

Je vais faire mon possible pour respecter ton VRAI GRAND MESSAGE, à savoir, comment m’y prendre pour évoluer au mieux vers le changement que j’ai besoin de créer. »

 

Où se trouvent vos solutions, vos opportunités, vos réels possibles ?  

 

Connaissez-vous cette maxime selon laquelle « Quand l’élève est prêt, le maître apparait » ?

 

C’est exactement ce qu’il se passe lorsque vous communiquez, de manière constructive, avec vos peurs : Vous orientez votre regard sur « la quête de solutions » et, la plupart du temps, elles apparaissent. Parce qu’en vérité, elles sont souvent déjà là !    

 

Ce qui vous empêche très souvent de voir « vos possibles », c’est le propre voile que vous placez devant vos yeux, à chaque fois que vous :

 

Considérez la peur comme un panneau « STOP », plutôt que comme une messagère constructive

 

Refusez de vérifier la véracité de vos convictions limitantes, plutôt que de vous mettre en quête de preuves contraires 

 

Vous vous limitez à ce qu’il semble « juste », « correct », « possible » de faire, au vu des injonctions sociétales dont vous sentez pourtant qu’elles ne vous correspondent pas

 

Ouvrez-vous à l’idée que vous avez le droit de construire votre carrière et votre vie « sur-mesure » et cherchez, comme ça, juste par curiosité, s’il n’existerait pas des exemples de ce genre de réussite autour de vous, des opportunités de faire les choses à votre manière.  

 

Liberte

 

Bien sûr, vous n’avez pas le contrôle des évènements de votre vie, mais chaque jour vous posez une bonne centaine de choix quant à la manière dont vous déciderez d’évoluer au cœur de cette réalité qui est la vôtre.

 

Votre attitude, vos choix, dépendront, avant tout, de votre manière de percevoir les choses, de votre manière de penser.

 

Vous avez un pouvoir personnel sur votre état d’esprit : Ne sombrez-pas dans l’optimisme naïf, mais veillez tout de même à développer une confiance objective quant à vous-même et vos possibilités de réussites.

 

Commencez, pour cela, par vous délester de vos fausses limites, par prendre conscience de votre réel pouvoir, par ouvrir votre regard à vos véritables possibles et à votre liberté de choix.  

 

Vous souhaitez aller plus loin dans le déblocage de vos limites pour parvenir à nourrir une saine confiance en vous et en votre réussite ? J’ai conçu, pour vous, en ce sens, cet accompagnement individualisé :

Coaching confiance

 

 

Géraldine Lagrange                                                                      Easy transition coaching

coaching questions projet de vie avancer solutions

Ajouter un commentaire